Commencer les aventures au Vietnam par la traversée de la rue

Le Vietnam est un pays en voie de développement. Sans avoir des projets d’urbanisme bien préparés, bien précisés, actuellement, les questions sur la circulation, sur la planification démographique deviennent de plus en plus importantes. D’après les chiffres et données, parmi 1 mille d’habitants, on peut compter de 400 à 450 scooters. Le nombre des véhicules augmente chaque année à cause de la croissance démographique géographique, précisément l’arrivée des nouveaux travailleurs ou nouveaux étudiants dans les grandes villes comme Hanoï, Saigon et Danang. Pendant les années précédentes, on parle de la crise des scooters. Depuis 4 ou 5 ans, la situation est encore aggravée par la croissance brutale du nombre des voitures.

 

 

C’est juste quelques lignes pour que vous compreniez mieux la situation. Qu’est-ce qu’on fait les autorités compétences ? Elles pensent à construire des ponts de passage, élargir les rues. Mais tout semble insuffisant face à une telle croissance énorme de véhicules. Le transport commun ne se développe pas, il reste encore très modeste parmi les autres moyens de transport. On n’a que de bus jusqu’à maintenant. Les saïgonnais attendent depuis des années une ligne de métro. D’autre part, on se trouve dans un pays de désordre où on peut construire des établissements, des centres de services n’importe où. Le déplacement de l’une à l’autre endroit lui-même est déjà compliqué. En arrivant à des grandes villes du Vietnam, c’est comme on vient de tomber dans un lieu de folie, il faut vraiment laisser un peu de temps à s’adapter et à s’habituer.

Une telle fréquence des véhicules n’est qu’une seule cause de la circulation très dense dans les grandes villes du Vietnam. Il faut parler ensuite sur le comportement des conducteurs même le manquement des consignes claires et précises pour certains lieux. Les accidents de véhicules terrestres sont une des grandes causes des cas d’hospitalisation et de décès chaque année. Les conducteurs, quant à eux ne respectent pas sérieusement les règles du code de la route tels que le port du casque de moto, les signes du feu rouge et celles de circulations, l’interdiction de la consommation d’alcool. Pourtant, il reste aussi des causes matérielles comme le manque de clarté des panneaux, le manque d’indication sur les nouvelles lignes de routes. Les panneaux portés le nom des rues sont toujours trop petits, parfois illisible au soir, même au carrefour ou au bout des périphériques.

 

 

Donc, non seulement les voyageurs, ainsi les nouveaux participants de la circulation routière au Vietnam sont des débutants du combattant. Les habitants locaux se lancent tous les jours à ce fou combat, pour accompagner les enfants en classe à l’heure, pour arriver au bureau ponctuellement. En effet, c’est un peu bizarre les vietnamiens ! Ils sont gentils, ils sourirent toujours mais d’ailleurs, pas sur la route. Personne n’a d’intention de s’arrêter un petit peu ou de laisser passer quelqu’un avant lui ou elle. Les «meilleurs aventuriers en route» du monde voudraient exprimer toujours leur force. Les zones réservées sur la route aux piétons, tout est attaqué ! Le feu rouge s’allume et les piétons peuvent tranquillement traverser la route ? Cela n’arrive jamais vue que l’une s’arrête, l’autre, venant d’une autre ligne, s’avance ! Toujours une impression inquiète et dangereux chaque fois les piétons traversent la route.

D'autre part, l'histoire des trottoirs tout commercialement exploités et les piétons sans abri. Il n'existe pas des grands parkings sous terrains au centre-ville. Parfois, on peut trouver quelques uns sous les géants centres commerciaux. Normalement, les petits trottoirs sont servis comme le parking et donc les piétons n'ont plus de place à marcher. Le scooter est si typique que l'on ne marche plus. Ce qui marche sur les trottoirs: soit voyageur, soit "extraterrestre".

 

 

 

En bref, comme on n’est jamais sorti de cette activité de haut risque, malheureusement, il n’y a pas beaucoup de bons conseils pour vous, nos chers voyageurs !

-Soyez vigilant avec votre sac avant de traverser la route, fait un coup d’œil sur toutes les directions.

-Soyez patients car ça perd de temps. Mais si vous trouvez une chance à passer alors avancez-vous rapidement !

-Suivez la queue des voitures, car elles n’avancent pas trop vite, sauf le cas des chauffards, ça arrive parfois. Pensez à faire un tour derrière une voiture pour profiter la distance entre deux véhicules consécutifs en route. Calmez-vous s’ils klaxonnent trop.

-Faites des signes comme lever et agiter tous les deux mains. Vous pouvez essayer en parole en plusieurs fois telle que : “Làm oeun” (S’il vous plait).

-Demandez l’aide d’un vietnamien.

-N’hésitez pas de prendre la main, le bras de la personne qui vous accompagne. Ce sera plus facile pour vous.

-Enfin, avant de partir à tel ou tel endroit, n’oubliez pas de consulter les informations concernant l’embouteillage, indications, directions, distinction des routes de sens unique de celles de double sens.   

-Evitez le déplacement à des heures de pointe. Par exemple : 7h ou 7h30 du matin, 11h30 ou le midi, 17h30 ou 18h00 du soir. Comme ça, vous pouvez probablement éviter tous risques d’embouteillage. 

 

Il y a tellement de différences entre le Vietnam et la France, faites un voyage au Vietnam pour découvrir ceque vous ne trouvez pas chez vous et toutes ces choses là vont vous surprendre.

 

+++ DESTINATIONS DU NORD AU SUD VIETNAM +++

Hagiang – Hoang Su PhiSapaY TyLao CaiBac Ha – Lai Chau – Yen Bai

Dien Bien – Son La – Cao Bang – Bac Kan – Hanoi –  Pu Luong – Ninh Binh –

Lan Ha/ Hai Phong – Quang Binh – Hue – Hoi An – Danang –

Nha Trang – Phan Thiet Muine – Phu Yen –

Les plateaux du Centre – Ho Chi Minh-ville – Vung Tau –

Delta du Mékong – Phu Quoc – Con Dao