La musique folklorique du Vietnam

On parle souvent sur la gastronomie vietnamienne, la circulation à scooter tout à fait impressionnant, la culture diverse des ethnies minoritaires même la peinture folklorique, alors, il reste un sujet moins apparu, c’est la musique populaire.

Du Nord au Sud du Vietnam, on connait plutôt l’art de chanter que la fabrication des instruments musicaux. On reconnaît par contre une combinaison surprenante de plusieurs types de littérature populaire dans la musique traditionnelle. Cette fois, on va voir, comment se différencient la musique folklorique du Nord, du Centre et du Sud Vietnam, de manière générale.

La musique, une partie indispensable de la culture vietnamienne, cet art s’occupe d’une place importante dans l’esprit et dans la vie des vietnamiens.

 

musique-populaire-vietnam

 

Ca tru, création d’un adolescent de 13 ans

Ca tru, ce terme a un sens spécifique et explique en même temps la tradition des Viet sous l’ancien régime féodal. C’est surprenant parce que le Ca Tru est inventé par un garçon de 13 ans. Donc il ne s’agit pas d’histoire une grande famille de noble, un grand maître, une princesse ou un madarin qui l’a créé.

Ca Tru est un type de musique traditionnelle, plus précisément, c’est un art de chanter. En vietnamien, CA signifie chanter et TRU est un mot ancien indiquant des baguettes de don, c’est-à-dire, après chaque performance, le spectateur va laisser une baguette en bambou sur laquelle est marquée une somme d’argent qu’on voudrait récompenser à l’équipe.

Afin de trouver l’origine de cet art de chant, on arrrive au village Lo Khe, à Lien Ha du district Dong Anh, Hanoi. Au plein cœur de la plaine du fleuve Rouge, ici est né le maître Dinh Du, le fondateur de cet art propre du Vietnam. Dinh Du est fils d’un madarin de la dysnatie Le. Depuis son petit âge, il a montré son talent de chanter de jouer les instruments musicaux. Une fois, il a voyagé au palais Thuan An, il a rencontré la jeune et belle fille Duong Hoa Thien Hai. Elle aussi, elle était une jeune fille talentueuse. Tous les deux se sont discussés ensemble et ils ont créé le type Ca Tru.

 

Une scène sacrée, le Ca Tru

L’art de chant Ca Tru est une combinaison de la littérature et la musique. Les histoires, les poèmes et des conversations dans la vie quotidienne peuvent tout devenir paroles des chants de Ca Tru. La chanteuse, elle chante en jouant au tambour d’éloge et le musicien va jouer à la guitare de 3 cordes ou autrement dit luth esquisse (dan day). La voix ne suit pas un contour mélodique précis mais procède par petites touches, à mi-chemin de la déclamation et du chant.

 

 

La scène est simple, les artistes s’assoient sur la natte, la chanteuse au milieu, la chanson est composée et chantée tout de suite sur place. La chanson est considérée comme une belle prière envers les dieux, les ancêtres et une belle parole envers les rois et seigneurs.

Si la Littérature est une part essentielle, crée la beauté infinie des paroles de cet art vocal Ca Tru, la danse est un autre côté indispensable d’une performance parfaite de Ca Tru. Chaque danse spécifique dédiée à une cérémonie précise.

 

Les chants folkloriques à Hue: Nha nhac et Ca Hue

Les chants à Hue sont inspirés de l’art royal, la littérature académique. Les chants populaires à Hue soulignent ainsi sur les cérémonies. La musique est bien structurée et doit suivre plusieurs règles strictes. Les chants de Hue visent surtout à exprimer des sentiments de la joie à la tristesse, de l’espoir à la déception, de la vie brillante à la mort glorieuse, à encourager les paysans et les pêcheurs qui travaillent presque toute l’année. La mère bercent son bébé en chantant, la femme en attendant son mari qui part pêcher, elle chante. Donc, le chant folklorique de cette région centrale est beaucoup plus mélodique, romantique et poétique.

A côté de la musique populaire, la musique royale de Hue est ainsi très remarquable. La voix de la chanteuse s’accordent harmonieusement à la mélodie de plusieurs types d’instruments musicaux. La soirée musicale va se commencer par des quatre morceaux Luu thuy, Kim tien, Xuan phong, Long ho avec un rythme rapide et une mélodie joyeuse. Il s’agit de l’histoire d’un jeune qui fait son premier voyage, il quitte son village natal pour aller à la cité royale. Avant son départ, tous les villageois lui organisent une fête d’adieu. Quand il arrive à la cité, il participe au concours et doit y rester un certain temps pour le résultat, la joie de découverte d’un jeune est remplacée peu à peu par la tristesse, sa région natale lui manque. Puis, il saute de la joie car il est le premier lauréat du concours royal. Il exprime ses motivations et son ambition en tant qu’un jeune contributeur au développement de la Cour, il rentre chez lui, joyeusement. Cette fois, les villageois organisent une très grande fête de félicitation.

 

 

Ensuite, les deux chansons Nam Ai – Nam Binh nous racontent une autre histoire, triste mais belle entre la princesse Huyen Tran et son amoureux, un gouverneur. Mais malheureusement, elle doit s’engager à un mariage diplomatique à contre-partie: les Cham vont rendre deux régions O et Ly à la Cour. Les paroles sont vraiment une grande tristesse de la jeune fille:

Je dois quitter mon pays

Un tel amour !

J’emprunte le maquillage

Pour payer la dette O Ly

Un tel regret !

Beau temps, la jeunesse

Belle rencontre ou mauvaise rencontre?

Les joues roses, la peau blanche

Mais comme une fleur fanée et la lune déformée

L’or mélange dans le plomb

La chanson d’adieu

N’ose pas de l’écouter !

Les hirondelles s’envolent

 

Musique et chant dans le Sud Vietnam: l’art du Don ca tai tu

Comme la musique de la région centrale, l’art du Don ca tai tu est né dans le Sud, développé surtout dans le Delta du Mékong, est remarqué par un rythme plus rapide mais ce n’est pas pour ça que la musique n’est pas sentimentale. En revanche, une mélodie variée, bien combinée entre des chants et des racontes sur le fond des instruments musicaux comme la cithare à seize cordes, le luth en forme de poire, le monocorde, la flûte en bambou etc...

 

musique-populaire-vietnam

 

Les artistes doivent apprendre au moins 3 ans avant de participer à une équipe de performance. Ils s’entrainent en suivant leur équipe, le métier se transmet à l’oral. Donc, le Don ca tai tu exprime de manière plus nette le caractère populaire, comme elle se débute de la vie quotidienne et se développe par les artistes populaires.

Si l’on peut citer Hong Hong Tuyet Tuyet comme un exemplaire de Ca Tru, Nam Ai Nam Bang en tant que chant bien connu de Ca Hue, l’oeuvre le plus remarquable du Don Ca Tai Tu, il faut mentionner absolument Da Co Hoai Lang.

 

 

Don Ca Tai Tu est à la fois un art académique que des grands artistes puissent interpréter des grandes oeuvres. Si ce type d’art, à l’apparence ne vise pas à strictement respecter des règles de notes, de voix, de combinaison ou d’accents, le plus difficile, c’est de créer dans l’esprit des auditeurs une harmonie ou bien de mêmes sentiments, de faire comprendre l’histoire.

L'agence VIETNAM ORIGINAL TRAVEL 

vous invite à des rencontres et découvertes

à travers des voyages multi- pays en Asie Sud-Est de manière différente

whatsapp/ viber: +84 866 1968 78

Email: info@vietnamoriginal.com

 

+++ DESTINATIONS DU NORD AU SUD VIETNAM +++

Hagiang – Hoang Su PhiSapaY TyLao CaiBac Ha – Lai Chau – Yen Bai

Dien Bien – Son La – Cao Bang – Bac Kan – Hanoi –  Pu Luong – Ninh Binh –

Lan Ha/ Hai Phong – Quang Binh – Hue – Hoi An – Danang –

Nha Trang – Phan Thiet Muine – Phu Yen –

Les plateaux du Centre – Ho Chi Minh-ville – Vung Tau –

Delta du Mékong – Phu Quoc – Con Dao