Les cafés "made in Vietnam"

C’est difficile de prouver que le Vietnam possède à lui-même une propre identité distincte. C’est ainsi difficile de vous montrer et expliquer quelques choses originales, inédites du Vietnam. Il semble que, depuis des siècles, l’harmonisation, le mélange des cultures divers, les héritages de l’époque des empires deviennent l’identité du Vietnam.

 

La recherche d'un café 100% vietnamien

 

 

En parlant du café, il y a autant de choses à nous discuter ensemble. Vietnam est un pays de café en Asie, il est soit le paradis, soit le gouffre de café du monde. Savez-vous que le Vietnam se place au 2e rang du monde entier sur la quantité de café exportée, juste après le Brasil ? Connaissez-vous Buon Ma Thuot - ville, la capitale de café du Vietnam ? Et avez-vous une fois goûté les cafés spécialités du Vietnam ? Tout sera répondu dans cet article : Les cafés « made in Vietnam ».

Tout d’abord, je voudrais vous prévenir que les vietnamiens et les français, ou plus largement, la plupart des étrangers n’ont pas le même goût de café. Sachant qu’il y a deux sortes de caféiers principales dans le monde entier : le robusta et l’arabica. Voilà, les étrangers aiment le café d’arabica bien parfumé alors que les vietnamiens aiment le goût amer du robusta. Maintenant, oublions toutes les règles de dégustation occidentale, ainsi la fameuse méthode italienne à faire un bon café. Bienvenu au Vietnam, le pays du café en Asie ! Les vietnamiens sont vraiment des buveurs du café, on ne prend pas des petites tasses mais des grande verre.

Il est certain que les vietnamiens sont très fiers de leur art de dégustation du café. Les gens adorent cette boisson noire. Les cafétérias par conséquent sont ouvertes partout. On parle surtout de la ville Buon Ma Thuot, la sainte terre du café, juste à côté de la ville Dalat – le salon de thé du Vietnam.

 

 

Les caféiers ne trouvent pas leur origine au Vietnam, les français ont pris une bonne décision en important cette espèce de plante à ce pays. De nos jours, ils sont plantés notamment au Sud du Vietnam, où un climat nettement tropical favorise leur développement. Dalat est le fournisseur du café d’arabica alors que les autres villes et provinces apportent au marché une grande masse de café robusta. La récolte se passe depuis fin du mois d’octobre. Normalement, on va sécher les petits fruits de café et les transformer en poudre. On n’utilise pas la cafetière, la méthode de préparation la plus typique est réalisée avec un petit filtre.

En réalité, ce n’est pas facile de trouver un bon café au Vietnam, pour plusieurs raisons. Reconnu comme des cafés faits maison, le traitement de poudre de café est un secret des fournisseurs. D’ailleurs, les petits entrepreneurs n’ont pas assez de moyen pour promouvoir la marque, même au marché interne. Il y a non plus un service de contrôle de qualité des produits. Tout cela nous explique pourquoi la recherche de bon café au Vietnam n’est pas facile. Les grandes marques, avec leur chaîne de machines et les technologies nouvelles n’assurent pas un café de haute qualité. Le contrôle des ingrédients bruts n’est pas fait de manière sérieuse et pour gagner plus d’argent, un certain pourcentage de café brut est remplacé par d’autre ingrédient tel que du soja, du maïs… C’est pourquoi, le café de marque que vous trouvez dans les grands magasins ou dans le supermarché ne correspond pas à votre goût et votre besoin.

 

 

Comme Starbucks, les chaînes de cafétérias au Vietnam ne nous assurent pas une tasse de café de bonne qualité. Ces lieux sont ouverts, surtout pour répondre au besoin de sortir, de se rencontrer des jeunes. Malheureusement, les boissons ne sont qu’un service d’accompagnement.

Suite à l’apparition des réseaux sociaux, les jeunes pensent à créer des forums, des sites de consultations pour ceux qui aiment déguster du bon café comme hanoihideaway.com (en anglais) et ghiencaphe.com (un site-web vietnamien). Je n’empêche pas votre passion de découverte, je vous laisse à vous faire la liste des endroits incontournables. Ensuite, on va continuer avec les cafés spécialités de trois grandes villes du Vietnam : Hanoï, Hué et Saigon.

 

 

Où prendre du café au Vietnam

Pendant longtemps, le cappuccino était une boisson de lux au Vietnam, vue le prix du lait. Monsieur Giang (Giảng), un barman de l’hôtel Métropole, a créé une nouvelle recette, une version vietnamienne du cappuccino qui est faite de l’œuf, beurre, sucre, et un petit peu de lait concentré. Le prix de ce nouveau type de café est moins cher, alors que le goût est tout à fait remarquable. Après des dizaines d’années, Giang (café de Giảng – rue 39 Nguyen Huu Huan, Hang Bac, Hoan Kiem, Hanoï, En vietnamien: 39 Nguyễn Hữu Huân, Hàng Bạc, Hoàn Kiếm, Hà Nội) est devenu une des marques de café les plus anciens de Hanoï. Selon certains clients, il se ressemble au tiramisu. Chaque fois qu’on parle du café aux œufs, il faut absolument parler de cet endroit en première. Le café de Dinh (café Đinh – rue 13 Dinh Tien Hoang, Hang Bac, Hoan Kiem, Hanoï. En vietnamien: 13 Đinh Tiên Hoàng, Hàng Bạc, Hoàn Kiếm, Hà Nội) est aussi un lieu bien fréquenté des habitants locaux, son café aux œufs est aussi très réputé.

 

 

Le café au sel est une spécialité originale de l’ancienne capitale Hué. Pour relever le goût sucré des plats ou de boisson, les Vietnamiens aiment y ajouter un peu de sel. On aime bien manger les fruits avec un petit peu de sel. On fait des citrons confits au sel pour préparer ensuite une sorte de boisson glacée. De telle manière, on a inventé le café au sel à Hué. Précisément, il s’agit du café au lait légèrement salé. Le numéro 10 rue Nguyen Luong Bang (Nguyễn Lương Bằng) est la seule adresse où on peut goûter le café salé.

 

 

Certaines personnes n’aiment pas un goût très fort, donc afin de réduire le goût amer du café, à Saigon, on a inventé le bac xiu (bạc xỉu). Il s’agit exactement du lait au café (avec une grande quantité de lait mélangé avec un petit peu de café). D’autre part, quant au café au lait, il existe plusieurs appellations vietnamiennes, à Hanoï, on l’appelle café brun (café nâu), alors qu’au Sud, on dit café au lait glacé (café sữa đá). Cependant, ce ne sont pas vraiment une particularité de Saigon, parce que l’on peut en trouver dans n’importe quel café. Si à Hanoï, on boit du café aux œufs à Giang, café au sel à Hué, à Saigon, il faut visiter le café de Monsieur et Madame Ba, ils sont un vieil couple habitant dans un petit quartier numéroté 330, rue Phan Dinh Phung (Phan Đình Phùng), Phu Nhuan district. Il n’y a pas de panneau ni signe, en suivant l’odeur du café, on arrive chez Monsieur et Madame Ba avec un service de 24/24 pendant tous les 365 jours de l’année. Depuis plus de 60 ans, ce couple utilise un truc qui se ressemble très bien aux filet à papillons. Cette chose se fonctionne comme un sachet de thé. On le laisse dans une bouilloire en terre cuite, y met une ou deux cuillères de café, ajoute de l’eau bouillante. Le café liquide est transmis dans une autre bouilloire en aluminium pour réchauffer lorsqu’il y a la commande. On peut aller au café Cheo Leo situé au district 3, dans la résidence Nguyen Thien Thuat, numéro 109/36 rue Nguyễn Thiện Thuật, Ho Chi Minh-ville pour boire ce type de café au filet. Le goût n’est pas trop fort comme normalement, pourtant le parfum du café est tout à fait séduisant.

 

 

Faisons une belle échappe en visitant ces vieux quartiers et essayant à goûter un café tout à fait étranger de celui typiquement servi. C’est certainement une expérience inoubliable ! Les témoins vont nous raconter l’histoire du café de Hanoï, de Saigon depuis les premiers jours, de la période de pic du café au filet à Saigon, des anciens cafés ainsi nous inviter à goûter la saveur du passé