Les plus belles rizières du Vietnam

Connu comme un pays de riziculture inondée, apparu dans la liste des pays qui possèdent des rizières en escalier les plus belles du monde, la découverte des rizières du Vietnam depuis longtemps devient un premier choix à l’occasion d’un voyage au Vietnam. Une présentation plus détaillée de la vie en rizière vous aidera à choisir un moment idéal pour votre voyage au Vietnam et à considérer le circuit qui vous plaît le plus.

Parfois, pour certaines personnes, la réponse de la question « Quand partir au Vietnam? » dépend à chaque période de développement du riz. Des grandes idées sur la riziculture inondée deviendront certainement une manière très précise et une façon efficace pour mieux comprendre la vie quotidienne, les habits traditionnels, le trésor gastronomique et même ce qui se cache dans l’esprit des habitants de ce pays.

Ce que l’on connaît du riz, c’est en générale une plante des zones inondées. Mais en réalité, au Vietnam, les couleurs verte et jaune des rizières recouvrent des plaines même des collines et des flancs de montagnes. Tout cela forme alors une beauté incontournable, un tableau avec des tâches de couleurs saturées, séduisantes qui nous donne une impression paisible et libérée. Depuis la fin du mois septembre jusqu'en octobre, cette période là est le moment idéal pour contempler la splendeur des rizières en récolte, leur parfum et leur belle couleur. 

 

 

Les français mangent du pain, les vietnamiens du riz. La plantation du riz sert principalement à l’alimentation humaine. Les techniques se progressent depuis des millénaires d’années, pourtant il n’y a pas beaucoup de grandes évolutions de technologies. Les jeunes apprennent ce que disent leurs parents. Jusqu’aujourd’hui, dans la plupart des régions, on continue à utiliser des matériels simples de petites dimensions, surtout dans les zones rizicoles aux plateau du Centre et aux montagnes du Nord-Ouest. D’une côté, ce sont les caractéristiques du relief qui décident la manière de culture. Dans ces hauteurs, sur une petite superficie de parcelle, on n’arrive pas à utilizer de grandes machines. On retient que la distinction en 2 saisons sèche et pluvieuse n’empêche pas les gens à faire deux ou trois récoltes annuelles, en plus, d’ajouter la culture des légumes entre les récoltes de riz. L’évolution de la riziculture vietnamienne suit les techniques de l’irrigation, c’est-à-dire l’apport et la réservation artificiels de l’eau, pour répondre au besoin quotidien du riz. Afin d’assurer la culture pendant la saison sèche, on pense à créer des lacs ou des étangs de réservations d’eau. Les activités d’agriculture s’accompagnent de nombreux habits et également des cérémonies religieuses qui se ressemblent à Thanksgiving des américains.

Le poète Tran Dang Khoa a écrit ces phrases suivantes pour décrire la pénibilité des travails de l’agriculteur :

« Le riz de notre village

Supporte les tempêtes en juillet et les pluies en mars

Garde les gouttes de sueurs tombées en juin,

Sous le temps si chaud que l’eau devient bouillie

Que les poissons ne peuvent plus survivre. »

 

 

Alors, comme les rizières se trouvent partout au Vietnam, la seule question qui reste est la suivante : « Quelles sont les plus belles rizières au Vietnam ? ». Soit en terrasse, soit en plaine, les rizières possèdent une beauté indiscutable. Parmi lesquels, on parle tout en première les deux régions : la plaine du fleuve Rouge et le delta du Mékong qui caractérisent la civilisation de riziculture inondée. En banlieue de Hanoï, environ 20 km de loin, on trouve une scène magique au pied du mont Tram (núi Trầm). Ensuite, on arrive au boucle du Nord pour visiter le tableau le plus magnifique. Attendez une seconde! Ce n’est pas Sapa comme quelqu’un en prévoit. C’est plutôt la destination de Hoàng Su Phì qui se trouve à la province de Hà Giang, le pôle du Nord du Vietnam, à la frontière avec la Chine. Au lieu de créer des terrasses séparées loin de la maison comme les habitants locaux de Sapa, à Hoàng Su Phì, les parcelles inondées forment une immense espace plus de 3000 ha. Une grande famille de 12 ethnies minoritaires de cette commune suit la tradition existant depuis des centaines d’années de cultiver du riz près de chez eux. Absolument énorme ! Une superficie de 760 ha a été reconnue “le patrimoine national” depuis l’an 2012, elle donne une vue tout à fait époustouflante. Chaque année, pour remercier au Dieu (le Ciel) pour ses bénédictions divines et pour une récolte, on organise une grande cérémonie à Suối Thầu. A cette date, il n’y a plus de fatigues, les récoltes étaient parfaitement finies, des centaines de sacs de riz ont été placés dans les greniers. On remercie le Ciel (le Dieu) pour la réception tant de bénédictions divines.

D’ailleurs, on peut citer certains d’autres zones rizicoles au Nord comme Bắc Sơn (province de Lạng Sơn), Mù Cang Chải (province de Yên Bái), les rizières entourées de la cascade Ban Gioc (province de Cao Bằng). Les conducteurs de moto aiment les excursions à partir de Hanoï en suivant l’autoroute 1 ou 3, soit Hanoï – That Khe – Trùng Khánh – cascade de Bản Giốc (le chemin de 340 km) soit Hanoï – Bac Kan – Cao Bang – Trùng Khánh – cascade de Ban Gioc. Ou bien, vous pouvez retourner aux plaines, vers le Centre du Vietnam, pour chercher un autre Sapa du Vietnam qui s'appelle Pù Luông. Pù Luông est un centre de réservation naturelle du Vietnam, il y existe une grande superficie de zone rizicole.

 

 

Si vous faites une excursion à partir de Saigon, suivez la direction du delta du Mékong qui est le grenier à riz du Vietnam. Bien sûr, il n’y a pas des rizières en terrasses là-bas, cependant, la Mère Mékong offre en priorité à cette région une richesse et une abondance particulière. La saison de récolte est une perspective de compositions variées : des rizières, forêts, des lignes de palmiers à sucre, des groupes d’oiseaux. On prend l’image des cigognes volants pour illustrer l’immensité des rizières du Sud. La zone rizicole la plus connue au Sud s’appelle Ta Pa (Tà Pạ) qui se trouve au province An Giang. 

Qu’est-ce qu’on va faire tout au long de ces voyages ? Prendre des photos, pratiquer un peu en participant aux activités de production du riz, conduire les buffles, goûter du riz nouveau, fêter avec les agriculteurs, attendre le réveil/ le coucher du soleil sur la mer de riz ou simplement se plonger dans l’odeur et la couleur dorée des rizières en récoltes.