Quelques idées sur le tourisme responsable au Vietnam

Voyager et protéger notre planète. Ce sera la mission de notre génération de voyageurs face au changement climatique et le risque de dégradation de la nature du monde entier. Nous, les voyageurs de notre ère s’engagent plus à voyager de manière plus responsable.

 

tourisme-responsable-vietnam

Etes-vous un voyageur responsable?

Chacun entre nous, a déjà participé au tourisme responsable en tant que facteur actif si :

  • On pense au slow travel (prendre moins de moyens de transports polluants)
  • Participer à une activité humaine ou activité bénévole
  • Partager et transmettre à ses amis, ses proches l’image et les valeurs authentiques de la localité
  • Les petits gestes pour protéger l’environnement
  • Utiliser moins de plastiques

Habiter chez l’habitant, vivre, travailler et manger avec les gens locaux, etc…

Toutes ces mentions nous aident à mieux préciser comment s’agit-il le tourisme responsable. Le tourisme responsable, ce concept est né en 1992 mais 10 ans après, c’est-à-dire, en 2002, suite à la Déclaration de Cape Town, on arrive à conceptuer et définir les missions principales de ce type de tourisme particulier. De nos jours, on a deux notions équivalentes, qu’on peut utiliser parallèlement, l’un tourisme durable et l’autre tourisme responsable.

 

 

Le tourisme responsable est basé sur les principes du développement durable, cela signifie que le développement économique doit être en harmonie avec le développement social et humain de la localité. L’OMT (Organisation mondiale du Tourisme) dans sa charte a précisé que le tourisme responsable doit être « supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales. »

Le tourisme responsable – sortie des régions pauvres du Vietnam

Le tourisme est depuis longtemps devenu un secteur économique de pointe du Vietnam. Non seulement Sapa, Hanoi et la perle de l’Indochine – Saigon, de nos jours, chaque région du Vietnam apparait dans le carnet de voyage mondial avec sa propre beauté, son propre charme. Au-delà de Sapa, on parle des plateaux de Ha Giang, des chutes Ban Gioc à Cao Bang, on parle ensuite des rizières en terrasse de Mu Cang Chai et Hoang Su Phi.

Le recul du transport public (chemin de fer, bus public…) n’empêche pas les voyageurs à découvrir tous coins inconnus du pays. On découvre les panoramas cachés sur les hautes montagnes du Nord-Ouest, va au plus loin de Ninh Binh, arrive jusqu’au fond des jungles. Au fil du temps, on trouve de moins en moins les traductions des destinations, les noms des sites tourisitques sont écrits de plus en plus corrects par les étrangers, c’est-à-dire qu’on connaît mieux le pays.

 

 

Ce secteur tourisme joue le rôle important dans le développement économique de certaines régions comme la boucle du Nord – les Hautes Montagnes Sapa, Hagiang, Lao Cai. Ces résultats positifs poussent les provinces voisines à trouver une autre sortie après la Belle Epoque de l’industrie lourde. Les gens fréquentent plus régulièrement à des régions comme Moc Chau, Son La (à Ta Xua), Lao cai (à Y Ty), Dien Bien ou Cao Bang etc… Pourtant, si le tourisme considéré comme la version plus aimable de l’industrie vise à une construction massive, à la consommation surchargée en ignorant les conséquences sur l’environnement, il apporterait des côtés négatifs à la région locale.  

Différente de l’idée classique, au lieu de chercher des lieux hors des sentiers battus, de chercher une authenticité secrète, intacte lointaine, le voyage au Vietnam propose actuellement à une autre expérience. Si la découverte de ces lieux, renforcée par des chaines de promotions et de publicités, par tant de partages sur les réseaux sociaux, débute un embarquement intensif des grands groupes de voyageurs, face à cette attaque, des services sur places sont installés hors de contrôle, au retour, le tourisme devrait s’engager au premier lieu sa responsabilité. Le tourisme responsable est né dans cette situation, son l’objectif est de « minimiser au maximum les traces laissées par les touristes chez l’autre. » selon les deux auteurs Marie-Andrée Delisle et Louis Jolin du livre Un autre tourisme est-il possible?

 

 

Destination idéale du tourisme responsable: campagne, villages, bourgades

Minimiser au maximum les traces laisées par les touristes chez l’autre, c’est-à-dire moins de construction, moins d’installation de nouveaux services, un voyage hors des resorts, loins des centres commerciaux, est-ce que ce type de voyage restera dans notre mémoire? Un voyage inoubliable à tous sens, moins confortable, que cherchent les voyageurs en terme de meilleures expériences? Les plages paradiasques, les montagnes proches du paradis mais peu d’accomodation, le voyage serait-il toujours voyage de rêve? Où cherche-t-on au paradis?

Plus la vie est moderne et confortable, plus on a une grande envie de vivre lentement, vivre une vie moins bruyante, moins stressante. De telle manière, les gens cherchent, peut-être, d’autres valeurs, d’autres excellentes expériences durant leur voyage. Maintenant, ce n’est pas le fait de faire une randonnée en montant sur le dos d’un éléphant, mais c’est la vie à la campagne, de donner des nourritures aux animaux domestiques (buffles, canards, vaches…), ces activités constituent des vrais retours à la vie avant l’arrivé de l’Epoque industrielle.

 

tourisme-responsable-vietnam

 

Mais ce ne sont pas simplement des jeux, des activités de divertissement. On essaie à participer à la production agricole de la région, de contribuer une part au développement de l’agriculture régionale. Les habitants locaux pourraient avoir un peu plus de finances en continuant la culture du riz et les céréales et en commençant à accueillir les gens chez eux en même temps. Donc, résultat de la première période du tourisme responsable au Vietnam, plusieurs de projets de tourisme basé sur la communauté ont été établis et gagnent des premiers fruits. Les tours de trek à Sapa, à Pu Luong, à Bac Ha et à Hoang Su Phi qu’on parle de plus en plus beaucoup sont des premiers exemples. Ensuite, les voyageurs ont plus de choix entre les treks à Cao Bang, Dien Bien et des voyages à moto.

Les treks, voyage à pieds, le modèle le plus classique, plus classique que des vélo ou cyclo-tours depuis des années récentes étaient l’option la plus intéressante. Certes, zéro pollution en parlant de moyen de transport en faisant un trek, bien réussi à minimiser des transports polluants (dans la région où on faire du trekking). Pour les piques-niques, les repas durant les treks, les voyageurs ont été invités à goûter des spécialités locales, donc pas de produits d’OGM, ni nourritures avec emballages industriels, parfois, ce sont des légumes que le voyageur a cueilli avant l’élaboration du repas ou les œufs que l’on a ramassé dans les poulaillers de la famille.

 

tourisme-durable-vietnam

 

De l’autre côté dans le Delta du Mékong, impossible de faire des treks authentiques comme dans les autres régions du pays, les gens vont remplacer les bateaux à moteur en sampans de bois rudimentaires suivant le réseau de canalisation compliqué et invitent les voyageurs à faire des petites randonnées à pieds ou à vélo dans les jardins fruitiers.  

A l’aide des ONG, le support des autorités et une participation active à part des agences de voyages locales, un voyage de trekking était rapidement accessible à tout type de voyageur. Et cette organisation active dont les agences locales prennent en charge notamment a établie une connexion efficace entre différentes destinations lointaines: des homestays dans les villages ethniques, des familles d’accueil n’ayant pas d’accès par voie publique (pas de route nationnale, que de sentier de terre caillouteux).   

L’arrivée des voyageurs, en petit groupe, d’ailleurs, encourage la communauté locale revenir à maintenir et faire vivre les métiers traditionnels en voie de disparition, les us et coutumes datés des centaines d’années restant dans certain temps en oublie, l’art et les fêtes populaires.

 

tourisme-responsable-vietnam

Tourisme durable: plus de challenge dans les centres touristiques massifs

Si le tourisme durable est une potentialité des villages lointains, il se constitue d’une question ou bien un très grand challenge dans les grandes villes comme Hanoi, Hue, Danang, peut-être le cass potentiel de Hoi An, Nha Trang, Phu Quoc, Ho Chi Minh-ville (Saigon) etc… Ce sont des endroits où le tourisme n’est qu’un simple secteur de surplus à côté d’autres acitivités économques. Dans les centres-villes, il y a déjà trop de construction, les embouteillages sont mis en cause, la pollution, la qualité de vie rendent la réalisation des projets de tourisme durable plus difficile.

 

 

Les voyageurs, à leur part, sont forcés à déplacer par les moyens de transports polluants, à dormir dans les chambres d’hôtels et à continuer des aliments moins sains qu’à la campagne. Mais au moins, l’activité touristique en ville joue son rôle actif traditionnel, c’est de contribuer au maintien et à la protection des valeurs culturelles et les arts. Il s’agit d’un côté qu’il faut faire mieux en tant que voyageurs et organisateurs des voyages responsables. A part des agences et des guides responsables, c’est l’enrichissement de connaissances et des recherches intensives dans ces domaines qui leur aide à mieux jouer leur rôle.  A part des voyageurs responsables, un respect exigé et une participation plus active à la protection cet héritage.

Il faut mentionner si possible, que le comportement de chaque facteur dans les mouvements de protection de l’environnement ou de la vie verte, la ville sans plastique, zéro-waste etc… serait un très grand bonus. Il semble que chaque nos petits gestes deviendrait un lancement actif et un engagement certain de notre part à voyager de manière plus responsable.

VIETNAM ORIGINAL TRAVEL est une agence qui s'engage au développement

du tourisme responsable au Vietnam

en vous proposant des circuits de trekking intéresants

dédiés au partage et à la découverte des communautés ethniques locales

Whatsapp/ Viber: +84 866 1968 78

Email: info@vietnamoriginal.com

 

+++ DESTINATIONS DU NORD AU SUD VIETNAM +++

Hagiang – Hoang Su PhiSapaY TyLao CaiBac Ha – Lai Chau – Yen Bai

Dien Bien – Son La – Cao Bang – Bac Kan – Hanoi –  Pu Luong – Ninh Binh –

Quang Binh – Hue – Hoi An – Danang – Nha Trang – Phan Thiet Muine – 

Phu Yen – Les plateaux du Centre – Ho Chi Minh-ville – Vung Tau –

Delta du Mékong – Phu Quoc – Con Dao